Catherine Contour

Animée du désir de poursuivre le travail d’ouverture de l’espace et de la pensée de la danse, son parcours d’artiste-exploratrice se conçoit comme une recherche en mouvement, faite d’hypothèses plus que de principes.

L’oeuvre elle-même n’est plus un univers clos et achevé. Elle ne cesse de se relire et de se repenser, à partir de ses propres relevés : mémoires de corps, mémoire d’images. En fait l’objet créé ne s’assigne aucune limite, ni dans le temps, ni dans l’espace. Il s’assimilerait plutôt à un vaste «corpus» polymorphe intégrant à la fois les lieux, les expériences, les intervenants, les spectateurs.

Laurence Louppe/Art-Press n°281-2002

Contour ? c’est absolument l’inverse ! On a rarement traversé une expérience qui se refuse à poser ses limites, ses bornes et ses repères, avec autant d’obstination allègre, de fantaisie poreuse, de science disponible.

Gérard Mayen, Revue Mouvement - 2007

Catherine Contour vue par

Pascal Rousseau

Historien de l’art, curateur et enseignant-chercheur Université Sorbonne
et École des beaux-arts de Paris

La disposition du corps - L’hypnose comme média chorégraphique

Catherine Contour recourt depuis une quinzaine d’années à l’hypnose dans sa pratique chorégraphique. Elle tente, par ce biais plutôt inattendu mais attentif à l’économie du geste dans le rapport au monde et aux autres, de renouveler l’expérience de la danse, en convoquant les vertus créatives du « processus hypnotique ». … Elle transmet cette technique aux danseurs et aux spectateurs, lors de performances collectives mais aussi de cycles de formation à destination d’un public qu’elle souhaite le plus élargi. Il y a là une manière de renouveler, de manière poétique et pragmatique, la question de la diffusion du geste chorégraphique et de la déplacer vers de nouveaux enjeux émancipateurs, touchant aussi bien un accomplissement individuel de la posture du corps qu’un « partage du sensible » plus collectif.

Julie Perrin

Enseignante-chercheuse Université Paris-8 – Danse

Du « témoin » au « baigneur »

Catherine Contour développe un art qui, dans la lignée de l’art participatif et social, reconfigure la relation traditionnelle entre l’objet d’art, l’artiste et le public – un art où l’artiste est considéré non plus comme le producteur d’une œuvre mais comme un inducteur de situations, où le spectateur apparaît comme acteur ou participant. La chorégraphe n’engage néanmoins pas les gens dans un processus social de longue durée. Elle ne fait pas non plus des gens le médium ou le matériau principal de ses œuvres en les transformant en performers. L’autoportrait occupant une place centrale, la chorégraphe œuvre plutôt en maître de cérémonie. Il s’agit alors pour elle de repenser la situation spectaculaire dans une plus grande porosité à la présence du public, autrement dit, d’une part de laisser agir l’influence potentielle de cette présence sur son geste et, d’autre part, de concevoir précisément des situations qui mettent le spectateur dans une certaine disposition.

Chorégraphier une situation

Catherine Contour nous confronte à la puissance évocatrice des lieux. Elle invite à prêter attention au lieu tout autant qu’à ressentir notre présence à lui comme à nous-mêmes. Il s’agit peut-être, pour reprendre l’expression de Roland Barthes parlant de son activité de spectateur de cinéma, de « compliquer une “relation” par une “situation” ».

Bio

Short biography

Catherine Contour
Choreographer, artist-explorer
born in Paris, lives near Grenoble and works where chance encounters take her.

A graduate of the Paris École nationale supérieure des arts-décoratifs in scenography, and went on to train in contemporary dance in the boom of the 1980s in Paris and New York.
From dancing, her main anchor, she constantly explores the body, the gesture and ways to establish relationships by forging subtle links with places and environments. In 2008, she founded Maison Contour, a tailor-made, artisanal trademark of site-speci c pieces. Her work has a strong research dimension, in close dialogue with artists and personalities from other elds and cultures, including Japan.
Since 2002, she has been passionate about the artistic and educational possibilities of the hypnotic technique. She designed the hypnotic tool for creation and the Danser brut choreographic practice, in collaboration with a team of artists and research professors in the Bain laboratory. From dance to gardens, from the art of the siesta to the tea ceremony, from photography to ceramics, from lm to hypnosis, she transforms these experiences into objects or “rituals”, proposing a shift towards fantasy and the imaginary. Her pieces in various formats invent new ways of inhabiting in which choreographic forms and ways of coming together can be deployed, intensifying our presence in the world.
Download short biography

Bio longue

Download full biography

Autoportrait radiophonique

Courances, Carte du Tendre peut-être
Atelier de Création Radiophonique par Catherine Contour - Réalisation Christine Diger 1ère diffusion le 11 septembre 2005 sur France Culture.
La suite

J’écoute la radio. Sa présence m’accompagne. Tout particulièrement lorsqu’elle laisse de l’espace au pouvoir évocateur de la parole, des voix, de leur « grain».
J’écoute les grains. La parole qui prend corps dans certains entretiens, certains témoignages : le fil d’une pensée en mouvement que l’on suit dans son déploiement m’évoque cet autre fil - de même nature peut-être - que déroule la danse à chaque moment de rencontre dans et avec un lieu particulier, avec et pour ses « habitants éphémères ». De cette pratique de l’écoute surgissent nombre de fantômes !

Films sur vimeo

Objets éditoriaux

Livres

Créations sonores

Atelier de création radiophonique
Lamelouze
Sion

Pièces permanentes

Association 40Neuf (Grenoble)

L’association 40Neuf, créée en 2016 à Grenoble, a pour objet d’« élargir le champ de la danse et d’en partager les savoirs à travers créations, recherche et transmission ». Elle succède à l’association KOB créée en 1996 pour soutenir et accompagner la démarche de Catherine Contour dans ces différents domaines.